Hélène Merlin-Kajman

 

 


08 janvier 2022

“Reconstruire” – quoi ?

 

Quand des tensions s’aiguisent, qu’on refuse le repli sur soi, il faut tout faire pour rester intelligent. J’appelle « intelligence » le désir, l’impatience même, de penser librement sans se soumettre à quelque slogan, à quelque tabou que ce soit.

Certaines de nos publications de ce mois-ci affrontent, à leur modeste échelle, ce défi. Comment commenter un texte, qui nous rebute, écrit par Michel Foucault, que nous admirons ? Augustin Leroy et moi n’avons pas le même âge, mais tous les deux nous nous sommes heurtés à cette difficulté intéressante, qui est pour moi celle de la distance historique presque avec moi-même – et j’évoque au passage la question dite de la « déconstruction » – ; et pour lui celle d’une forme de déception, autre rencontre avec soi-même avec laquelle il s’explique. Mais pas plus qu’il n’est question d’adorer la modernité, il n’est question de la jeter aux oubliettes.

L’air de rien, l’adage que Brice Tabeling et moi-même commentons, « mieux vaut ami grondeur qu’ami flatteur », soulève des questions classiques non moins passionnantes : celle des zones obscures de l'amitié ; celles de l’éthique de la vérité, du rapport entre « instruire » et « plaire », de la rhétorique, de la démagogie, etc.

Un texte de Marie-Hélène Lafon a eu la merveilleuse vertu d’engager ses deux commentateurs, Guido Furci et Fleur Kuhn-Kennedy, dans deux évocations poignantes de leur enfance, l'une dans une petite ville italienne « proche des montagnes » et l'autre à Jakarta. Une page de littérature française évoquant un lieu en France peut ainsi entraîner l’anamnèse d’une expérience d’étrangeté, d’exil. La littérature que nous aimons et soutenons, à laquelle nous donnons notre assentiment (pour le dire avec les mots de Jérôme David) ne sera jamais nationaliste ni « identitaire » : au contraire, elle rapproche les mondes.

Et puis cette semaine, j’ai renoué avec le sablier : le temps qui passe n’est pas tout entier sous le signe de l’urgence, l’ordinaire des situations quotidiennes invite aussi à penser...

Et sur ce, bonne année à tous !

H. M.-K.

Prochaine saynète  : un texte d'Esprit Fléchier (XVIIe siècle).

Prochain adage : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ».

Prochaine conversation critique : un extrait d'un texte de Claude Grignon (dans Le savant et le populaire (1989))

 

Powered by : www.eponim.com - Graphisme : Thierry Mouraux   - Mentions légales                                                                                         Administration