Augustin Leroy

 

 


05 mars 2022

Témoigner ? 

Qu’est-ce qu’un témoignage littéraire, s’il y en a ? Un souvenir écrit dans une langue qui se cherche, datant d’une époque déjà lointaine dont les cadres juridiques, historiques, sensibles ne sont plus d’actualité ? Le signe d’un engagement militant ? Une proposition ou un refus de monde ? La tentative de mettre, dans le langage, un réel informulé, irrésolu, dont la présence se rejoue et hante tous les présents, celui de la lecture, celui de l’écriture, ceux de la vie publique et privée ? L'utopie de trouver un interlocuteur dans un futur imaginaire ?

Le temps du témoignage se calcule mal, tout comme ses effets voulus ou ignorés.

Ces questions, nous vous les livrons dans les textes parus ce mois-ci. Michèle Rosellini et Hélène Merlin-Kajman commentent ainsi un passage d’Annie Ernaux, auquel elles attribuent des valeurs diamétralement opposées. Le désaccord est riche, générateur de débats et de doutes. L’avenir nous fera sûrement des reproches – à qui n’en ferait-il pas, au vu de la terrifiante violence de notre pas si « bel aujourd’hui » – mais, je crois, l’irénisme et le consensus n’en feront pas partie.

Par un jeu d’échos inattendus, ma conversation critique autour d’un extrait de Qui si je criais…. ?, Oeuvres-témoignages dans les tourmentes du XXe siècle, de Claude Mouchard, interroge la valeur littéraire des œuvres écrites au plus près de l’anéantissement, des deuils impossibles, des adresses à corps perdus. Comment recevoir, à l’avenir et pour l’avenir, ces textes saturés par la terreur et la hantise ? J’ignore si mes hypothèses sont justes, mais j’espère qu’elles vous engageront, lectrices, lecteurs, à écrire à votre tour et nous envoyer vos textes, pour continuer à débattre.

Enfin, comme une bulle flottant à la surface de nos mondes chaotiques, l’adage qu’Hélène Merlin-Kajman commente offre une respiration, autant par les questions qu’il pose que par la délicatesse dont l’auteure fait preuve, à l’égard d’un « pauvre adage » qu’il ne s’agissait pas d’écraser, à force d’interpellations philosophiques.

Graves, nous nous devons de l’être – sans pour autant céder à l’état sinistre du monde.

Equilibre difficile...

A. L.

Prochaine saynète  : un texte de J. Hasek

Prochain adage : « Comparaison n'est pas raison».

Prochaine conversation critique : Un texte de Norman Ajari, tiré de La dignité ou la mort, éthique et politique de la race, La Découverte, 2019

 

Powered by : www.eponim.com - Graphisme : Thierry Mouraux   - Mentions légales                                                                                         Administration