Lise Forment
et Hélène Merlin-Kajman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Septembre-Octobre 2019

 

 

Le souffle de la gaieté

Transitions se réforme, ou plutôt réforme son mode d’organisation – et il est vraisemblable que ce ne soit pas la dernière fois ! L’originalité de notre mouvement créé en 2010 conditionne celle de notre structure : centre de recherche pleinement intégré à l’université dès ses premiers jours (nous relevons de l’EA 174, « Formes et Idées de la Renaissance aux Lumières », laquelle appartient à l’ED 120, « Littérature française et comparée », de l’Université Sorbonne Nouvelle), mais aussi constitué depuis septembre 2014 en association (présidée par Hélène Merlin-Kajman), le mouvement Transitions n’en est pas moins totalement ouvert aux tendances sociétales et politiques de notre temps, marquées, chacun le sait, par le désir d’horizontalité, de fluidité, de compagnonnage sans frontières….

Transitions se réforme, donc. Après trois ans passés à la tête du site et du séminaire, Lise Forment, directrice après Hélène Merlin-Kajman, et Brice Tabeling, directeur-adjoint, se retirent. Mathilde Faugère les avait accompagnés comme co-directrice-adjointe entre 2016 et 2018 ; et ils étaient assistés d’un bureau dont le nombre de membres a varié. Ils ne seront pas remplacés. Plus de direction, plus de bureau, plus de structure verticale ; mais plusieurs pôles de travail et de responsabilité : telle est la nouvelle donne.

Du côté du site, la publication mensuelle sera désormais assurée par Hélène Merlin-Kajman avec Éva Avian, Guido Furci et Augustin Leroy. Si certaines rubriques vont dormir quelque temps (nous vous avertirons de leur « réveil »), l’idée est de nous concentrer sur les dossiers d’« Intensités », les articles de « Littérarités », la rubrique « Enseignements » et notamment ses « Séquences », et bien sûr, nos « Fragments », toujours réguliers. Nous en changeons quelque peu la formule cependant. Continuer l’abécédaire aurait fait courir le risque de la monotonie. Les exergues s’épuisaient. Sauf exception toujours possible, nous avons choisi de les laisser dormir quelque temps eux aussi...

En revanche, nous nous proposons de développer les saynètes. Non seulement elles vont se poursuivre sous la forme qu’elles ont prises depuis leur naissance, forme qui privilégie les textes de socialité et d’interlocution. Mais nous voulons aussi mettre en place, autour d’un extrait littéraire sans limite de genre ni de sujet, des formes de dialogues : un même texte sera commenté par au moins deux auteurs. Nous mettrons en ligne le texte à commenter un mois avant la publication de ces saynètes jumelles (ou triplées, quadruplées, etc.) afin de susciter de l’émulation. Si quelqu’un désire écrire une saynète à partir de ce texte, qu’il n’hésite donc pas à se manifester ! Et l’idée, c’est que le dialogue puisse se poursuivre, sous une forme ou une autre, après la publication de ces saynètes.

Enfin, nous innovons avec une nouvelle forme brève : des « Adages » (vous découvrirez, au-bas de cette lettre le premier d’entre eux, traité le mois prochain : chacun peut s’y essayer, à condition de ne pas dépasser 2500 signes…).

Le séminaire, dont nous publions l’argument aujourd’hui, sera animé par Éva Avian, André Bayrou, Noémie Bys, Adrien Chassain, Augustin Leroy, Tiphaine Pocquet et Boris Verberk. Il portera cette année sur « la gaieté » : l’ambition, qui relie l’activité critique, l’activité lectrice, et l’activité pédagogique, en est à la fois généreuse, rigoureuse, grave et joyeuse ! Même si ce séminaire compte bien se manifester régulièrement sur le site, vous n’en êtes pas moins chaleureusement invités à vous joindre à ses réunions (la prochaine aura lieu mercredi 16 octobre de 18h à 20h).

Enfin, un ouvrage collectif est également en projet : Lise Forment et Brice Tabeling commencent d’en délimiter les contours…

Il fut un temps où « Effervescence » comptait parmi les rubriques du site : le mot résume en fait ce que nous sommes, ce que nous faisons, « en alerte de la merveille » pour reprendre ces mots de Jean-François Lyotard placés en exergue de notre manifeste, qui reste(nt) toujours d’actualité… Nouveau thème pour le séminaire, nouvelles propositions de fragments, de formes brèves auxquelles chacun peut s’essayer : ces nouveautés, nous vous les présentons ce mois-ci ; mais vous les découvrirez vraiment, lors de la prochaine livraison, le samedi 2 novembre, aux côtés d’autres dossiers relancés…

Prochain adage : « La nuit tous les chats sont gris ».

 
 
Powered by : www.eponim.com - Graphisme : Thierry Mouraux   - Mentions légales                                                                                         Administration