Lise Forment

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Septembre 2017

 

La reprise en zigzag

Le site de Transitions fait sa rentrée et reprend ses zigzags, entre recherche, enseignement et création. Je vous parlais avant l’été de notre « ligne », de ses sinuosités, en vous guidant à travers nos différentes rubriques : le calendrier et les comptes rendus de nos séminaires sont toujours dans « Présents » ; dans « Fragments », vous pourrez entrer dans le jeu des définitions et des saynètes, ou encore suivre les linéaments du projet transitionnel dans nos exergues ; les articles et les actes de nos colloques sont réunis dans les dossiers d’« Intensités » et dans la rubrique « Littérarité » ; nous continuons d’accueillir des séminaires « amis » dans « Hospitalités », à côté de nos propres réflexions sur l’enseignement et du questionnaire sur la littérature, qu’il est encore possible de remplir ; et pour finir, dans « Juste », vous découvrirez tout au long de l’année de nouvelles créations, fables ou poèmes, images ou vidéos, et de nouveaux épisodes de notre roman feuilleton, Les Chats perdus.

Aujourd’hui, c’est Florence Dumora qui emboîte le pas de Mathilde Faugère et ouvre notre abécédaire annuel par un pas en arrière, un paZ-en-arrière et en zigzag. Du –z au –a, Brice Tabeling définit les agapes, s’en moque et s’en méfie, mais décide in extremis de les sauver, ces « zagapes », par l’humour et la légèreté. La reprise du mot par Boris Verberk débute aussi dans un éclat de rire, mais c’est pour lui une affaire trouble, mi-sérieuse mi-perverse, de partage et d’amour.

Il y a peut-être une certaine indécence à passer de ces jeux de mots aux questions que soulève Marielle Macé dans Sidérer, considérer, en s’engageant pour l’accueil des « migrants » en France. Mais c’est le risque – audacieux ? inconsidéré ? – que prend la forme de l’exergue : ici, aux limites de la fiction, je fais parler deux membres de Transitions qui dialoguent, débattent, se disputent sur l’éventuel passage de la littérature à l’action, sur ce qui permet de véritablement faire lien… Le séminaire de l'année, dont la première séance aura lieu le samedi 21 octobre, relancera sans nul doute ces questions (le programme sera bientôt disponible en ligne).

En attendant, dans la fiction elle-même, les liens se tissent quartier des Pas perdus : entre les indices, d’abord (jusqu’à la confusion, au nœud inextricable), entre les personnages aussi, par le pouvoir des fleurs et des mails. C’est le chapitre 13 du roman feuilleton !

  

Bonne lecture !

 

 

Powered by : www.eponim.com - Graphisme : Thierry Mouraux   - Mentions légales                                                                                         Administration